dimanche 24 août 2014

Un bouquet pour un dimanche / 51


Des ronds, réguliers ou échevelés pour ce bouquet...
Les dahlias, très florifères en cette année pluvieuse, forment un grand massif et c'est un plaisir de les cueillir : même s'ils ne tiennent pas longtemps en vase, ils semblent devoir fleurir encore longtemps, tant ils sont surchargés de boutons!


Quelques têtes bleues d'Eryngium, quelques brins de salicaire et de sarriette... dans le vase gris du géant suédois qu'Emmaüs m'a offert cette semaine, peut être en guise de cadeau de fidélité?

Un bouquet sans parfum, juste en couleurs pour vous souhaiter

Bon dimanche à tous !

lundi 11 août 2014

Héros

Un après-midi pluvieux, un de plus... la visite d'un musée s'impose! Nous décidons d'aller voir La Maison d'Ailleurs, à Yverdon. Combien de fois avons-nous passé devant sa façade? Pourquoi avons-nous toujours remis d'y entrer?

Bêtement, j'imaginais un univers fantasmagorique de fées sexy et de lutins improbables, un monde qui ne me parle pas du tout. Et je trouvais une collection extraordinaires de BD et de films... une mine pour les passionnés de science-fiction! Une collection impressionnante réunie pendant 25 ans par Pierre Versins qui a créé la maison en 1976.

Mais ce qui m'a le plus intéressé, je l'avoue, c'est l'exposition temporaire, sur le thème  "Superman, Batman et Co...mics" et la réflexion relative à la condition humaine qu'il introduit.

Parmi les artistes exposés, j'ai particulièrement aimé la démarche et les sculptures de Adrien Tranquilli.

Adrien Tranquilli - After the West
Les héros sont-ils aussi des êtres sensibles, blessés,

Adrien Tranquilli - This is not a love song
 voire artistes ?
Adrian Tranquilli, Until the end
Par delà la plastique parfaite, le héros a-t-il une âme humaine?
Adrian Tranquilli - This is not a love songs

J'ai bien aimé qu'au-delà la beauté plastique, le héros éprouve des sentiments très humains, et que finalement, il nous ressemble.

* * * * *

Vous savez que j'ai bataillé contre les captchas qui empoisonnent la vie des commentateurs!
Mais aujourd'hui, je dois bien admettre que mes blogs sont tellement pollués que je dois réagir.
Je réintroduis donc le système honni pour plusieurs semaines, histoire que les robots mal intentionnés m'oublient, moi et mes différentes adresses.
Désolée d'en arriver là, mais complètement excédée par la publicité...
En espérant que cela ne vous fera pas déserter mes publications!
Merci de votre présence.

dimanche 3 août 2014

Gares et locos

J'ai une tendresse particulière pour les gares... 
Je garde un souvenir très présent de ma première arrivée en gare de Milan, sous le grand dôme bruyant, dans l'odeur de fer et de graisse, symbole du voyage vers le sud - il y a cinquante ans! 
Mais ce n'est pas ces gares comme des paquebots qui ont ma faveur, non, je préfère les petites gares aux volets de couleurs délavées, petites maisons posées sur le grand chemin...
Il n'y a pas si longtemps, une annonce immobilière nous a tenus en haleine, M. Gine et moi: une très belle gare 1900 désaffectée était à vendre...Un coup de foudre pour le bâtiment et le terrain...


Après quelques hésitations, nous avons décidé de l'acheter, envisageant de passer notre retraite en France. En une semaine, tout était prêt pour la signature du compromis : agence, banque, notaire, mairie, hôtel pour les quelques jours sur place. Une vérification encore auprès du Conservateur des Monuments historiques dont une toute petite phrase a fait retomber le bel enthousiasme: "maintenant que le problème de la route est réglé..." La route? quelle route? en pleine campagne? Et oui, une autoroute était prévue de l'autre côté de la voie, presque sous les fenêtres du beau bâtiment, le tracé devant en être encore mieux défini - ce dont personne n'avait "songé" à nous avertir. Pour nous, l'histoire s'est terminée là, sans regret!

Cela n'a pas altéré mon admiration pour les "maisons du voyage". Et j'avais repéré depuis plusieurs années, la très mignonne gare de Moiloi, près de Nauplie, mais je ne m'y étais jamais arrêtée, préférant le bord de mer tout proche. Cette année pourtant, revenant d'une balade dans la campagne, nous décidons d'y faire un tour.


Nouvellement désaffectée, encore pimpante, semblant prête à fonctionner ...
Mais quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous découvrions sous les eucalyptus, enrobés de feuilles mortes, les monstres rouillés qui l'avaient autrefois animée.


Pas qu'une machine, mais une bonne dizaine de locomotives énormes, garées là, comme dans un cimetière industriel... Comment ne pas penser aux langoustiers de Camaret ? Le même sentiment : un spectacle fascinant!


La photographe était ravie toute à l'admiration de cette machinerie compliquée et du travail de la rouille qui a tout envahi!



Mais quel gâchis! Le même gâchis qui me navre devant des voies de chemin de fer abandonnées : des années de travail et de peine, de la conception à la réalisation,  des ponts, des tunnels, pour en arriver à une voie envahie par la végétation ou à simple banquette à piétons moins de cent ans après!


Bien sûr, une inscription avertissait que ces locomotives étaient propriété du musée... mais elle-même avait de la peine à résister au temps qui passe... et ce patrimoine industriel semble bien être perdu définitivement...


Tout autour, le village vit sa vie de petite bourgade coupée en deux par la voie qui ne sert plus... D'un côté un petit port de pêcheur, que vous découvrez chez Amartia, très paisible, un peu touristique, et de l'autre, le village autour de la route principale bordée par les petits commerces réputés pour leurs produits paysans, par les tavernes et par l'église,


Un chemin passe d'une partie du village à l'autre, emprunté par des passants si habitués à ce spectacle extraordinaire qu'ils se demandaient bien ce que nous faisions autour des monstres définitivement endormis!

Quelques photos encore sous Les Images de Gine, si cela vous tente....

Grelots, pompons

C'est le temps revenu  du souvenir des collines dorées par les brassées odorantes Grelots, pompons, houpettes poudrées au parf...